Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

PSI : Un acronyme qui a changé des vies

Download this video here.

La plupart du temps, les Néo-Brunswickois qui entendent l'acronyme « PSI » pour la première fois se demandent ce que ces trois lettres veulent dire.

Quand on leur répond que ça veut dire « prestation des services intégrés », ils demandent alors souvent ce que ça mange en hiver.

Le but du programme de prestation des services intégrés, c'est de simplifier la façon dont les enfants, les jeunes et les familles ont accès aux soins et au soutien dont ils ont besoin.

Pour y arriver, quatre ministères (Sécurité publique, Éducation, Santé et Développement social) travaillent de concert avec les deux réseaux de la santé dans le cadre d'une démarche collaborative afin d'offrir leurs services aux jeunes.

Ce programme permet donc aux familles d'éviter de nombreuses étapes dans le processus administratif qui, par le passé, auraient pu leur mettre des bâtons dans les roues.

« Grâce au programme, les enfants et les familles ont accès rapidement aux soins et n'ont pas à raconter la même histoire à maintes et maintes reprises », a expliqué Jean Daigle, vice-président aux affaires communautaires d'Horizon.

Le rôle d'Horizon dans le programme de PSI consiste à diriger la prestation de services cliniques.

 « Nous jouons un rôle important dans la coordination des soins et du soutien dont ces enfants et ces jeunes ont besoin », a ajouté M. Daigle. « L'accès aux services est aussi simple et rapide que possible. »

On trouve au cœur de la PSI une importante équipe de soins multidisciplinaire, l'Équipe enfance-jeunesse, formée de professionnels de diverses spécialités - psychologie, psychométrie, consultation en services à la personne, ergothérapie, physiothérapie, travail social, enseignement ressource, soutien administratif et coordination clinique. Cette grande équipe veille au bien-être des jeunes de notre province.

Jennifer Brown a un fils de 14 ans, William, qui est autiste. Ce dernier avait du mal à s'intégrer en salle de classe et éprouvaient d'autres difficultés dans les situations sociales et à la maison.

Jennifer souligne que le programme de PSI a grandement changé leur vie et qu'elle remarque encore des changements aujourd'hui.

« Maintenant, il peut passer la majeure partie de la journée en classe, il est fonctionnel et il participe à son niveau », précise-t-elle. « C'est encourageant de le voir aller, de le voir exploiter son potentiel, de le voir faire des choses qui le rendent heureux. Pour nous, c'est le plus beau des cadeaux. »

 

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Taille du texte:

Liens connexes