Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Les examens radiographiques dont on n’entend jamais parler : Deuxième partie

DIBlog3Pt2

Laura Anderson, Andrea Milbury, Ashley Montague, Madison Plant, Natalie Wallace et Cheyenne Wilson, étudiantes de quatrième année à l'École de technologie radiologique de L'Hôpital de Moncton du Réseau de santé Horizon

Nous sommes de retour pour vous présenter d'autres examens radiographiques souvent inconnus du grand public. Si vous avez manqué la première partie de ce billet, vous pouvez vous reprendre ici.

En résumé, les technologues en radiation médicale sont présents un peu partout dans le système de santé. Il est vrai que le service d'imagerie diagnostique est l'endroit où on nous voit le plus souvent, mais nous travaillons aussi dans les salles d'opération, les unités de soins intensifs, les cliniques spécialisées et même les morgues.

De plus, nous côtoyons des patients de différents groupes d'âge et participons à de nombreuses interventions diagnostiques et thérapeutiques.

Dans la seconde partie de notre billet, nous vous présentons diverses interventions particulières que nous réalisons en collaboration avec d'autres fournisseurs de soins de santé.

Vidéofluoroscopie de la déglutition

DIBlog3Pt2-3

Une vidéofluoroscopie de la déglutition (VFSS) est un examen radiographique qu'effectuent ensemble un technologue en radiation médicale et un orthophoniste.

Cet examen est souvent réalisé chez des patients présentant des symptômes neurologiques qui ont de la difficulté à avaler (dysphagie) à la suite de perturbations comme un AVC.

Durant l'imagerie en direct, le patient doit avaler des aliments et des liquides de textures différentes auxquels on a ajouté du baryum, une substance utilisée en radiologie. La consistance ce que le patient doit avaler peut varier du liquide clair à une pâte épaisse enrobée de biscuit.

Le technologue en radiation médicale manipule l'appareil fluoroscopique pendant que l'orthophoniste donne des instructions au patient et enregistre l'examen.

Ensuite, l'orthophoniste passe en revue les résultats afin de déterminer si le patient peut recommencer à boire des liquides ou à manger des solides.

Enroulement endovasculaire d'anévrismes au cerveau

DIBlog3Pt2-1

On appelle « anévrisme au cerveau » une bosse ou un gonflement dans l'une des artères menant au cerveau. En cas de rupture, un anévrisme peut causer une hémorragie au cerveau.

L'enroulement d'un anévrisme est une technique réalisée par une équipe de professionnels de la santé et employée pour traiter les anévrismes.

Aidé d'un technologue en radiation médicale, le radiologiste d'intervention se sert de l'imagerie en direct (fluoroscopie) pour guider un petit cathéter à partir d'un point d'accès principal dans le bassin jusqu'à l'artère cérébrale où se trouve l'anévrisme. Des spirales de métal provenant du cathéter sont utilisées pour sceller l'anévrisme.

Durant l'intervention, un technologue en radiation médicale gère le plateau d'instruments stériles tandis qu'un autre s'occupe de l'équipement radiologique et prépare les agents de contraste utilisés pour voir l'artère sur un moniteur (la région foncée sur l'image ci-dessus).

L'hystérosalpingographie : Trouver les causes de l'infertilité

DIBlog3Pt2-2

Au Canada, près d'un couple sur six est aux prises avec des problèmes d'infertilité.

L'hystérosalpingographie est une intervention diagnostique et thérapeutique permettant d'examiner l'utérus et les trompes de Fallope.

Cet examen est réalisé par un gynécologue aidé d'un radiologue et d'un technologue en radiation médicale.

Le technologue en radiation médicale gère le champ stérile, s'assure que l'équipement est disponible pour l'intervention et participe à la préparation de l'agent de contraste.

Durant l'intervention, le gynécologue remplit l'utérus et les trompes de Fallope à l'aide d'un agent de contraste et le radiologue se charge de l'imagerie fluoroscopique. Le technologue veille au confort et à la sécurité du patient tout en gérant l'équipement d'imagerie. La prise d'images se fait à mesure que l'agent de contraste se déplace de l'utérus vers les trompes.

Il va sans dire que la radiation médicale, ce n'est pas seulement des rayons X! Merci d'avoir pris connaissance des autres examens moins connus que nous réalisons!

Le programme de baccalauréat en sciences de la santé avec spécialisation en radiographie est un programme d'études de quatre ans offert par l' École de technologie radiologique de L'Hôpital de Moncton et la Saint John School of Radiological Technology, en partenariat avec l'Université du Nouveau-Brunswick, campus de Saint John. Les diplômés du programme deviennent des technologues en radiation médicale.