Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Adopter des habitudes technologiques saines à l’ère du numérique

MedStudentsBlog1

Kevin Russell, Natasha Larivée, Cameron Ashe et Matt Stewart, participants au programme d'externat longitudinal intégré (ELI), Dalhousie Medicine New Brunswick, Hôpital régional de Miramichi, Réseau de santé Horizon

Salut tout le monde!

Les cours sont peut-être finis pour l'été, mais grâce à une invention appelée les médias sociaux, nous n'avons jamais été en contact aussi étroit avec nos amis et les membres de notre famille.

Les médias sociaux, ce sont toutes les applications et tous les sites Web qui nous permettent d'échanger et d'être en contact avec les gens dans notre collectivité et partout dans le monde.

La plupart des gens se servent beaucoup des médias sociaux tous les jours. Parmi les plateformes les plus connues, on trouve notamment Facebook, Twitter, Instagram et Snapchat.

De nos jours, les médias sociaux nous permettent, en l'espace de quelques secondes, d'obtenir des nouvelles quotidiennes de nos amis, de voir ce qui se passe dans la vie de nos vedettes préférées et de zieuter les photos de voyage de nos collègues. Les possibilités que nous offrent les médias sociaux et leur potentiel pour nous garder en contact sont illimités.

Les liens sociaux sont très importants pour notre bien-être global, et les médias sociaux peuvent être utiles à cet égard. Toutefois, il ne faut pas que l'utilisation des médias sociaux remplace les vraies interactions et les vraies relations interpersonnelles.

C'est notamment le cas quand nous commençons à comparer nos vies à celles de nos amis en fonction de ce que nous voyons sur les médias sociaux. Nous devons nous rappeler que les belles apparences sont parfois trompeuses.

Voici donc quelques conseils que nous devrions tous appliquer la prochaine fois que nous utilisons les médias sociaux.

  • Fixez-vous des limites. Allez-y avec modération en vous accordant une période de temps limitée pour consulter les médias sociaux chaque jour.
  • Utilisez les médias sociaux à bon escient. Arrêtez de parcourir les fils de nouvelles sans but précis. Désactivez les notifications de l'application et connectez-vous seulement lorsque vous en avez besoin.
  • Portez attention aux moments où vous utilisez les médias sociaux. Résistez à l'envie de vérifier vos messages sur votre téléphone lorsque vous êtes avec votre famille et vos amis.
  • Réfléchissez avant d'appuyer sur « publier ». Au lieu de publier, de partager ou de gazouiller tout ce qui vous passe par la tête, arrêtez-vous et réfléchissez quelques minutes à ce que vous vous apprêtez à partager sur les médias sociaux.
  • Trouvez-y de l'inspiration, pas de la jalousie. Si vous voyez une publication d'une personne qui se marie, a obtenu un nouvel emploi ou part en voyage de luxe, ne perdez pas votre temps à comparer votre vie à la leur. Votre vie est chouette aussi!

Trouvez-y de l'inspiration, pas de la jalousie. Si vous voyez une publication d'une personne qui se marie, a obtenu un nouvel emploi ou part en voyage de luxe, ne perdez pas votre temps à comparer votre vie à la leur. Votre vie est chouette aussi!

En matière de médias sociaux et de santé mentale, l'Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) est une excellente ressource. L'ACSM a récemment démarré une campagne sur la dépendance et l'utilisation problématique d'Internet intitulée Addiction and Problematic Internet Use.

« Selon un récent sondage du Centre de toxicomanie et de santé mentale, 86 % des étudiants en Ontario visitent les sites de médias sociaux tous les jours et environ 16 % d'entre eux passent 5 h ou plus par jour sur les médias sociaux. » - Résultats de la campagne Addiction and Problematic Internet Use

Les tendances qui se dessinent dans l'utilisation continue des médias sociaux peuvent mener à des changements dans l'humeur et la concentration, voire mener à une dépendance. La faible estime de soi, la solitude et la dépression comptent également parmi les facteurs de risque qui augmentent le risque d'utilisation problématique des médias sociaux.

D'autres ressources intéressantes ont été présentées durant la campagne, notamment Time Well Spent, un site Web qui explique de quelle façon les applications et les sites de médias sociaux sont conçus pour créer des dépendances, et 99 Days of Freedom, un site qui met aux défis les utilisateurs de se déconnecter de Facebook durant 99 jours. Les chercheurs comparent alors les résultats à des sondages sur l'humeur après 33, 66 et 99 jours.

La revue scientifique The Lanceta publié en janvier 2019 une étude intitulée Social Media Use and Adolescent Mental Health: Findings From the UK Millennium Cohort Study dans laquelle les auteurs ont tiré les conclusions suivantes : « On a établi une corrélation entre, d'une part, l'utilisation marquée des médias sociaux, et d'autre part, le harcèlement en ligne, le manque de sommeil, la faible estime de soi et la faible image corporelle. Ces facteurs ont tous été liés à des notes plus élevées en matière de symptômes dépressifs. Bon nombre de liens intéressants ont pu être établis, par exemple : plus le temps passé sur les médias sociaux était élevé, plus le taux d'insatisfaction par rapport au poids corporel était élevé (≥ 5 h = 31 % plus enclins à être insatisfaits), ce qui se traduit directement par des notes plus élevées en matière de symptômes dépressifs (notes 15 % plus élevées en matière d'insatisfaction corporelle) et indirectement dans les résultats sur l'estime de soi. »

Cet été, nous vous encourageons à adopter des habitudes saines en matière d'utilisation des médias sociaux (et à porter un écran solaire)!

 

 

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Taille du texte: