Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Une infirmière en soins intensifs d’Horizon se fait vacciner par sa mère et devient la première travailleuse de la santé à recevoir le vaccin contre la COVID-19 au Nouveau-Brunswick

NicoletteNanette1

Nicolette Noel, une infirmière immatriculée de l'Unité de soins intensifs de l'Hôpital régional de Miramichi du Réseau de santé Horizon, est la première personne et la première travailleuse de la santé au Nouveau-Brunswick à recevoir le vaccin contre la COVID-19, le samedi 19 décembre. C'est la mère de Nicolette, Nanette Noel, une infirmière de la Santé publique, qui lui a administré le vaccin.

Le 19 décembre 2020 - Nanette et Nicolette Noel, un duo mère-fille de Miramichi, partagent d'innombrables souvenirs des Fêtes.

Disons qu'avec un nom de famille pareil, c'est l'évidence, non?

Elles ont toutefois vécu ce matin un moment qui restera gravé longtemps dans leurs mémoires.

Nicolette, une infirmière immatriculée qui travaille à l'Unité de soins intensifs de l'Hôpital régional de Miramichi du Réseau de santé Horizon, a été la première travailleuse de la santé de la province à se faire vacciner contre la COVID-19.

Ce qui a rendu ce moment si spécial, c'est que c'est sa mère, Nanette, une infirmière de la Santé publique d'Horizon, qui l'a vaccinée.

Ce moment historique a eu lieu à la première clinique de vaccination contre la COVID-19 organisée au Nouveau-Brunswick, qui a lieu aujourd'hui et dimanche.

Au total, 1 950 doses ont été préparées pour des groupes prioritaires, qui comprennent les résidents et le personnel des foyers de soins ainsi que les travailleurs de la santé de première ligne comme Nicolette.

Pour la jeune infirmière en soins intensifs, qui travaille dans le domaine depuis deux ans et demi, faire partie des premières personnes dans la province à recevoir le vaccin était excitant, mais en même temps, c'était seulement un autre geste à poser pour être en bonne santé.

« Pour moi, les vaccins font partie des mesures de base à prendre pour être en santé », explique-t-elle. « Je n'ai jamais sauté un vaccin. »

Nicolette comprend la science derrière les vaccins et les avantages que ceux-ci offrent. Elle a choisi de se faire vacciner pour protéger non seulement sa santé et celle de ses proches, mais aussi celle de ses patients.

Même si Nicolette porte l'équipement de protection individuelle (EPI) lorsqu'elle travaille, sa mère s'inquiète quand même pour elle étant donné qu'elle côtoie dans son unité des patients dans un état extrêmement vulnérable.

Nanette trouve réconfortant de savoir que sa fille ainsi que les patients dont cette dernière prend soin seront bientôt protégés du virus.

Après la deuxième dose du vaccin, trois semaines après la première, le vaccin offrira une protection contre le virus efficace à 95 % à Nicolette et aux autres personnes immunisées, en plus d'offrir un peu plus de tranquillité d'esprit à sa mère.

Nanette n'est pas près d'oublier ce moment si important vécu avec sa fille.

« Elle m'a même dit que j'avais le tour pour donner des piqûres! », lance-t-elle à la blague.

Nanette, une infirmière comptant 31 ans d'expérience, n'a pas seulement vacciné sa fille. Elle a également donné la première dose de vaccin à la première personne du grand public à se faire immuniser (Pauline Gauvin, résidente d'un foyer de soins de longue durée Shannex), au premier employé du Réseau de santé Vitalité à se faire immuniser (le Dr Carl Boucher, médecin de famille et urgentiste), ainsi qu'aux deux premiers employés de Services de santé Medavie Nouveau-Brunswick (Joël LeFort, ambulancier d'Ambulance Nouveau-Brunswick, et Mandy Whalen, infirmière du Programme extra-mural du Nouveau-Brunswick).

PaulineNanette

Vaccine

First5

À mesure que d'autres lots de vaccins arriveront dans la province, d'autres cliniques seront organisées dans un plus grand nombre de collectivités. Le public sera informé de la tenue de ces cliniques et de l'ajout d'autres groupes prioritaires admissibles à la vaccination.

La vaccination de la population néo-brunswickoise ne se fera pas du jour au lendemain. Elle se poursuivra tout au long de l'année 2021 afin d'endiguer autant que possible la COVID-19.