Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Se sentir chez soi

La décision d'une femme de sortir de sa zone confort et de découvrir l'environnement de soutien de P.E.E.R. SJ lui a probablement sauvé la vie. Aujourd'hui, elle aide les autres à trouver leur force.

Download this video here.

S'il y a bien une chose qui rassemble les humains sur cette planète, c'est le besoin d'appartenance.

Mais pour une personne qui a des problèmes de dépendance ou de santé mentale, il peut sembler impossible de trouver un endroit sûr et compréhensif où obtenir des services et interagir avec des gens qui comprennent vraiment notre situation.

Il n'y pas si longtemps, Tara O'Toole s'est retrouvée dans cette position.

Puis, elle a décidé de faire le saut, de se faire confiance et de faire confiance à un organisme qui adopte une démarche innovatrice et holistique pour aider les jeunes âgés de 16 à 25 ans à venir à bout de leurs problèmes en leur faisant découvrir leurs passions et en misant sur ces dernières.

En ce jour de 2012 où Tara a pris son courage à deux mains pour aller cogner à la porte de P.E.E.R. SJ, au centre-ville de Saint John, elle ignorait qu'elle venait probablement de se sauver la vie.

Un saut dans l'inconnu

Tara se rappelle être entrée dans les locaux du programme P.E.E.R. (Peers Engaged in Education and Recovery) sans faire ni une ni deux et sans savoir à quoi s'attendre.

À son arrivée, on lui a offert un sourire amical et un accueil chaleureux qui l'ont aidée à se sentir à l'aise.

L'atmosphère était détendue, dépourvue de jugement et de préjugés. C'est cette ambiance qui allait la faire y revenir à maintes reprises.

« J'avais du mal à cheminer, disons, et je cherchais différentes ressources et différentes activités dans lesquelles m'engager pour aller de l'avant », explique Tara. « Je suis entrée chez P.E.E.R. SJ en me demandant de quoi ça pouvait avoir l'air, et j'y ai trouvé des gens chaleureux et accueillants. »

Petit à petit, cette première interaction s'est transformée en connexion, puis en une relation bâtie sur la confiance et la compréhension.

Selon Tara, ce fut un long processus qui l'a mise au défi tous les jours.

En étant immergée dans un espace qui lui offrait la possibilité d'interagir avec d'autres personnes comme elle qui traversaient aussi des moments difficiles, Tara a vite compris que P.E.E.R. SJ était pour elle l'endroit parfait où écrire le prochain chapitre de sa vie.

Chez P.E.E.R. SJ, Tara avait accès à des cours de conditionnement physique, de yoga, d'art et de musique en plus d'avoir la chance d'être entourée de gens sympathiques avec qui avoir des discussions significatives.

Surtout, elle disposait maintenant d'un cadre lui permettant de travailler en collaboration avec l'équipe de P.E.E.R. SJ pour se fixer des objectifs atteignables et les atteindre, le tout dans une atmosphère où elle pouvait être elle-même.

« Pour la première fois depuis des lunes, j'ai eu le sentiment de faire partie de quelque chose et j'en suis venue à accepter que ces personnes comprenaient véritablement ce que je ressentais et ce que je vivais et qu'elles allaient m'aider à m'en sortir », souligne Tara.

« J'ai été époustouflée. Ces gens-là se souciaient de mon bien-être. J'ai senti que ce qui allait se passer à cet endroit ne ressemblerait à rien de ce que j'avais connu. »

PlaceToBelong

Le courage de demander de l'aide

Il y a environ dix ans, Tara vivait des temps durs.

Elle avait des problèmes de dépendance et de santé mentale et avait du mal à trouver un logement stable.

Durant plusieurs mois, elle s'est même trouvée seule et enceinte dans les rues de Toronto.

« Ça prend du courage pour savoir quand demander de l'aide », explique-t-elle. « Ça peut être difficile pour bien des gens. Ce n'est pas évident de se retrouver dans cet état d'esprit, de se rendre compte qu'on a besoin d'aide et d'entreprendre les démarches nécessaires pour en obtenir. »

À un certain point, Tara a décidé de s'aider et pour y arriver, elle a pris les moyens qu'il fallait pour obtenir cette aide dont elle avait tant besoin.

Après son retour à Saint John, sa ville d'origine, elle s'est tournée vers plusieurs entités dans l'espoir qu'on la mette en contact avec différentes ressources.

Ces efforts l'ont menée à s'engager auprès de programmes offerts par Santé mentale Canada, puis elle a trouvé un centre de rétablissement qui, en apparence, semblait lui convenir.

Les choses se sont véritablement mises en branle quand un représentant de ce centre l'a orientée vers un autre centre situé à quelques pas de là.

Après une première expérience encourageante chez P.E.E.R. SJ, Tara s'est dit qu'il valait la peine d'y retourner.

Maintenant, lorsqu'elle y repense, le fait que les gens se souvenaient de son nom est l'un des détails qui lui sautent aux yeux.

Elle ne se sentait pas jugée et sentait plutôt qu'on était là pour l'écouter et avoir de vrais échanges avec elle.

En peu de temps, avec l'aide des membres du personnel, elle a réussi à trouver un endroit stable où vivre, ce qui est un volet essentiel du rétablissement de tout le monde.

Tara s'absentait ensuite de P.E.E.R. pendant quelque temps avant de se rendre compte qu'elle avait encore beaucoup de travail à faire.

Elle finissait toujours par revenir chez P.E.E.R., puis à se remettre sur pied, notamment en redonnant la priorité à son bien-être physique et à la pleine conscience grâce à des séances de méditation et de yoga.

« Quand j'ai découvert ces outils, ma vie a changé », se rappelle-t-elle. « Je me suis dit que plus jamais je ne m'en passerais. »

Il était évident que Tara était sur la bonne voie, et comme ce fut le cas le jour où elle a franchi les portes de P.E.E.R. SJ pour la première fois, les membres du personnel ont su qu'il se passait quelque chose de spécial avec Tara.

Ils ont aussi compris que cette jeune femme forte, perspicace et brillante avait tout ce qu'il fallait pour devenir une leader qui pourrait avoir une grande incidence sur la vie des gens.

Son histoire était inspirante et les autres jeunes âgés de 16 à 25 ans, qui étaient nombreux à avoir « échappé » au système par le passé, avait maintenant devant eux un modèle parfait vers qui se tourner pour obtenir des conseils, mais aussi pour avoir un exemple vivant que même dans les moments les plus sombres, il y a toujours de l'espoir.

PlaceToBelong2

Devenir mentore

Le passage du rôle de cliente à celui de mentore s'est passé plutôt naturellement.

On a demandé à Tara si elle était prête à faire monter sa participation auprès de l'organisation d'un cran. Après mûre réflexion, elle a décidé qu'il était temps de quitter sa zone de confort une autre fois.

Au départ, elle a commencé à enseigner ce qu'elle connaissait bien en donnant des cours de conditionnement physique aux clients de P.E.E.R. SJ.

Avec le temps, et avec un peu d'aide de l'organisation, Tara a reçu son certificat d'instructrice de yoga et a senti qu'elle était capable de tisser des liens avec les gens.

Selon elle, bâtir un relation de confiance est l'un des plus gros obstacles à franchir dans le processus de rétablissement. « Ce fut une leçon d'humilité que de me rendre compte que j'étais en train de tisser des liens fondés sur la confiance et la compréhension mutuelle. »

Tara se rappelle être sortie de sa coquille grâce au soutien de sa mentore, qui a pris le temps de la rendre à l'aise lorsqu'elle avait de la difficulté à trouver ses repères durant les premières visites.

Cette mentore, Joanie Power, a donné à Tara tout le positivisme, toute la lumière et tous les outils dont elle avait besoin à ce moment de sa vie. Pour Tara, c'est un honneur et un privilège de suivre les traces de Joanie et de redonner aux autres maintenant.

Chaque personne est différente et façonnée par toute une vie de circonstances et d'événements. Tara croit toutefois qu'il y a un conseil qui s'applique à tout le monde et qu'elle n'hésite pas à donner.

« Il ne faut jamais abandonner. Il ne faut pas oublier que l'on n'est pas seul et que c'est correct d'admettre que ça ne va pas », explique-t-elle.

« Il ne faut pas hésiter à aller chercher de l'aide et des conseils lorsqu'on en a besoin. Reconnaître ses limites, c'est une force en soi. Il faut aussi trouver la force de sortir de sa zone de confort et de prendre les mesures nécessaires pour s'entourer de personnes qui ont vraiment notre bien-être à cœur. »

De plus, selon Tara, la rechute fait partir du processus de rétablissement. L'important, c'est de tirer des leçons de ces expériences et de trouver au fond de soi-même la force qui repose en chacun de nous.

Elle croit également que la force, la discipline, la persévérance et la confiance en soi peuvent changer complètement la donne dans le parcours d'une personne vers le mieux-être.

« C'est gratifiant de savoir que je peux contribuer à améliorer la vie des gens, si petite ma contribution soit-elle. »

PlaceToBelong4

Profiter de la vie

Par une fraîche matinée d'automne à l'Université du Nouveau-Brunswick, campus de Saint John, les feuilles tombent doucement des érables qui bordent les sentiers du campus. Tara, cartables et cahiers à la main, marche d'un pas décidé.

Elle est maintenant étudiante ici, déterminée comme jamais à obtenir son baccalauréat ès arts.

Tara a désormais un plan très défini de ce qu'elle veut faire de son avenir, et obtenir son diplôme d'études postsecondaires en fait partie.

« Je veux consacrer ma vie à aider les autres, et plus particulièrement les personnes qui traversent le même genre de difficultés que j'ai connues », souligne-t-elle.

À plus long terme, elle aimerait être acceptée dans une école de travail social, obtenir son baccalauréat en travail social et devenir une professionnelle dans ce domaine.

Elle se trouve chanceuse d'être où elle en est aujourd'hui et veut aider les autres à faire de même.

« J'ai aussi eu de la chance d'avoir un réseau de soutien incroyable : mes parents, mes deux sœurs, mon frère et un petit cercle d'amis sur lesquels je pouvais compter en tout temps. »

Et bien sûr, il y a cette deuxième famille qu'elle a trouvée chez P.E.E.R. SJ, un endroit où, comme bien d'autres participants, elle s'est sentie chez elle.

« Je n'aurais jamais cru que le chaos que je vivais allait se transformer en une occasion formidable où, en offrant du soutien aux autres, j'allais les aider à aller de l'avant, à forger leur destin, à créer leur bonheur et à profiter de la vie », explique-t-elle.

« Je me sens vraiment chanceuse de faire partie de leur cheminement, de les aider. Ça m'aide à garder l'équilibre et à rester concentrée sur mes objectifs. Je ne pourrai jamais exprimer toute l'étendue de ma gratitude envers les expériences que j'ai vécues et qui ont fait de moi la personne que je suis aujourd'hui. »

 


Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Taille du texte: