Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Lettre d'opinion – John McGarry, président-directeur général

Soins de santé : Le budget du N.-B. est-il à la hauteur?

Maintenant que le jour du budget est derrière nous, le moment est venu pour les Néo-Brunswickois d'évaluer le plan. Bon nombre de personnes me demandent mon avis sur le budget en tant que PDG du Réseau de santé Horizon. On me demande s'il réglera nos problèmes et si nous croyons avoir obtenu ce dont nous avons besoin pour accomplir notre travail. Comme d'habitude, les réponses comportent certaines réserves. De mon point de vue, les discours des budgets initiaux sont davantage des instruments politiques que des documents d'information destinés à ceux qui devraient être les plus renseignés. Sur ce point, le dernier budget ne fait pas exception; toutefois, certains aspects du document sont de bon augure.

Premièrement, l'énoncé concernant les discussions visant à améliorer les soins primaires en milieu communautaire est réellement positif. Le Programme extra-mural, Ambulance Nouveau-Brunswick et 811 Télésoins ont un grand nombre de points de contact communs pour les patients aux quatre coins de la province. Il est logique de saisir toute occasion pour tirer pleinement parti des soins professionnels offerts à des milliers de patients de manière continue et entièrement intégrée. On pourrait s'attendre à ce que ce soit la réalité actuellement, mais ce n'est malheureusement pas le cas. La possibilité d'inclure Médavie EMS comme organisme de coordination est vraiment très excitante. Loin d'être une simple compagnie d'assurance traditionnelle, cette organisation est un joueur considérable au Canada dans l'assurance-maladie, les services de santé, et, ce qui est très important, en technologie [voire, la connectivité]. L'argument voulant que la participation de cette organisation privée au secteur de soins soit suspecte n'est rien de plus qu'un prétexte soulevé par des idéologues qui voient toute participation du secteur privé comme douteuse. La majorité des médecins sont des entrepreneurs privés dont la médecine est l'activité professionnelle. Des fournisseurs privés (pharmacies, entreprises de physiothérapie et de nutrition, bureaux de psychologie, etc.) offrent déjà d'excellents services de santé dans nos communautés. C'est avec grand enthousiasme que j'anticipe la participation d'Horizon à ces discussions.

Deuxième point positif : la participation de la Société médicale du Nouveau-Brunswick (SMNB) à un nouvel effort pour assurer de manière plus compréhensive et, grâce à un travail d'équipe, des services en dehors des heures normales. Il paraît qu'enfin, les médecins du Nouveau-Brunswick sont appelés à participer à un système de soins au sein duquel ils se sentaient jusqu'ici comme des boucs-émissaires sinon de véritables cibles. Bien que les détails du nouveau modèle restent à clarifier, je suis optimiste quant à la capacité du gouvernement et des médecins à collaborer à la création de celui-ci et à répondre aux besoins de la population avec, espérons-le, la participation de nos régies régionales de la santé.

Alors, si je donne une bonne note à deux éléments du budget du gouvernement liés aux soins de santé, il est question ici d'intentions et de discussions, et non de mesures précises sur le point d'être réalisées. Les Néo-Brunswickois doivent faire pression, tant sur le gouvernement que sur la SMNB, afin d'empêcher ces excellentes idées de se perdre dans des détails. 

Quoi dire de ce qui est proposé ici et maintenant? Pas beaucoup, pour être franc. Bien que j'accueille l'augmentation du financement de 2,6 % fourni au ministère de la Santé, j'aimerais mieux voir des changements de plus grande envergure plutôt que le maintien du statu quo. Personnellement, le message du gouvernement selon lequel les hôpitaux ne subiront aucun changement me déçoit. Je suis conscient que de nombreuses déclarations faites laissent place à l'interprétation, mais c'est exactement ce message que la population reçoit. L'engagement du gouvernement à ne pas réduire le nombre de lits dans quelque hôpital que ce soit me déçoit tout particulièrement. Les lits sont des outils qui servent notre objectif et non l'objectif final. Existe-t-il une industrie qui s'engagerait à maintenir le même nombre de vieux outils tout au long de l'évolution de son marché? Nous avons effectivement besoin de rajustements à nos programmes. 

Nous devons affecter davantage de nos ressources aux nouveaux besoins de notre population vieillissante (soins oncologiques, soins cardiaques, services de santé mentale, pour ne nommer que ceux-là). Dans plus de douze évaluations sur les besoins des collectivités en matière de santé, nous avons appris que des améliorations s'imposaient dans plusieurs domaines : santé mentale des jeunes; services aux personnes atteintes de troubles de santé chroniques; et transport public. À Horizon, nous avons l'intention de poursuivre nos discussions conformément au mandat qui nous est conféré par la loi, d'établir des priorités et d'affecter des ressources afin de donner suite à ces priorités. 

Je rappelle constamment aux gens les changements touchant les besoins de la population en matière de santé qui sont maintenant en cours et dont le véritable impact nous prendra d'assaut dans un proche avenir. Veuillez jeter un coup d'œil sur notre plan de cinq ans, Le Réseau de santé Horizon et ses partenaires - Vers un avenir plus sain pour le Nouveau-Brunswick. Vous le trouverez sur notre site web au www.horizonnb.ca . Nous avons quatre priorités : les soins axés sur le patient; l'élaboration de modèles avancés dans des secteurs choisis; la réorientation de ressources; et la promotion ferme des changements nécessaires. 

Dans le cadre de cette dernière priorité, cette série d'opinions s'avère un moyen efficace d'y arriver. Sans nier qu'elle suscite chez nous un certain inconfort, nous constatons qu'elle a trouvé écho auprès du personnel et du public (pas toujours favorable, il faut le préciser). Toutefois, nous espérons qu'elle contribuera quelque peu au discours sur ces questions et, à la longue, aux solutions que nous cherchons tous.

 

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Taille du texte: