Vous avez imprimé ou sauvegardé cette information de www.HorizonNB.ca, le site web du Réseau de santé Horizon.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Imprimer cette page

Lettre d’opinion - John McGarry, président-directeur général

Changements démographiques : Changer le visage des soins de santé

Le Réseau de santé Horizon a entamé 2015 en lançant unplan de cinq ans visant la création d'un avenir plus sain pour le Nouveau-Brunswick. Dans ce plan, nous avons souligné l'importance de collaborer avec nos partenaires communautaires et les cliniciens afin d'être en mesure d'atteindre cet objectif. Nous savons que si les ressources financières et humaines sont affectées au bon endroit, il sera possible d'améliorer les soins de santé primaires offerts en communauté. En collaboration avec d'autres, nous pouvons utiliser les équipements, la technologie, les traitements et les services disponibles appropriés pour répondre aux besoins des citoyens.

Le visage des soins de santé se transforme au Nouveau-Brunswick. Nous observons depuis un certain temps une évolution démographique - une population vieillissante, une migration vers le sud de la province, et un déplacement interne des régions rurales vers les régions urbaines. Notre taux croissant de pauvreté a un impact négatif sur la santé; l'incidence de maladies chroniques dans notre province atteint un sommet sans précédent. Il est clair que nous avons besoin de meilleurs soins préventifs, primaires, à long terme et palliatifs.

Toutes les preuves indiquent que la croissance traditionnelle des dépenses touchant les soins de santé a eu un impact négligeable sur la santé des Néo-Brunswickois. Notre province a le douteux honneur de dépasser la moyenne canadienne au chapitre des taux de tabagisme, d'obésité chez les adultes, de diabète, des cardiopathies et des maladies respiratoires, et de consommation malsaine d'alcool.

À la lumière de ces réalités, nous reconnaissons qu'il nous faut abandonner le vieux concept des soins de santé qui sont offerts uniquement dans nos hôpitaux. Aujourd'hui, nos hôpitaux sont surpeuplés de patients/résidents qui pourraient être mieux servis par un autre fournisseur. Par ailleurs, nous devons gérer différemment les problèmes de santé tels les MPOC et le diabète - ces maladies chroniques peuvent souvent être traitées à l'extérieur du milieu hospitalier. Cela pourrait signifier qu'il faudra regarder au-delà des portes de nos hôpitaux et affecter des programmes et ressources pour répondre aux besoins en matière de soins de santé primaires en donnant l'accès au bon professionnel de la santé au bon moment.

Pour ce faire, il faudra adopter une nouvelle vision des choses. Le Réseau n'est pas le fournisseur traditionnel de soins de santé primaires. Nous reconnaissons, toutefois, que cette solution implique le déplacement de personnes et d'argent, de nos installations vers la communauté, et qu'il nous faudrait donner aux fournisseurs de soins de santé de meilleures occasions d'influencer la promotion et la gestion de la santé et la prévention et la gestion des maladies. Sur une période de cinq ans, nous souhaitons réaffecter 134 millions $, soit 12 % du budget d'Horizon, aux soins de santé en milieu communautaire, une augmentation de 10 %.

Pour prendre des décisions éclairées concernant de tels changements, il faut cerner les forces et les faiblesses de la communauté. La santé est un sujet complexe, et pour évaluer la santé d'une collectivité, on ne peut se limiter aux taux de maladie et à la disponibilité des services de soins de santé.

Nous reconnaissons que c'est en collaborant avec la communauté que nous pouvons réellement comprendre ses besoins en matière de santé. Pour ce faire, nous utilisons l'évaluation sur les besoins des collectivités en matière de santé. En collaboration avec nos partenaires communautaires et des soins de santé, et de concert avec d'autres agences, nous utilisons les résultats de ces évaluations pour nous aider à déterminer nos priorités et à développer des plans d'action pour améliorer la santé globale de tous les résidents de la communauté.

Ce processus vise à améliorer la santé de toute la population et à réduire les écarts inégalités qui pourraient exister. Il permet aux intervenants d'étudier les facteurs et conditions ayant une grande influence sur notre santé (déterminants de la santé) et de prendre les mesures nécessaires les concernant.

Horizon se base sur le modèle de santé de la population du Conseil de la santé du Nouveau-Brunswick pour les travaux qu'il mène dans les collectivités. Ce modèle détermine quatre catégories de déterminants de la santé qui influent sur la santé et leur attribue une valeur : comportements en matière de santé (40 %), facteurs socio-économiques (40 %), services de santé (10 %), et environnement physique (10 %).

Chaque collectivité que nous visitons est unique etplusieurs problèmes propres à chacune d'elles sont ressortis dans le cadre des onze évaluations sur les besoins des collectivités en matière de santé que nous avons menées. Il est toutefois évident qu'il existe des thèmes en commun.

On nous a parlé de l'augmentation des problèmes de santé mentale, particulièrement chez les enfants et les jeunes, et du besoin qui en découle d'améliorer l'accès aux services de santé mentale. Les collectivités ont indiqué le besoin de traiter l'obésité, de s'assurer qu'il y a un accès suffisant à des aliments nutritifs et davantage de programmes visant la promotion des modes de vie saine. Il y a un besoin pour un accès amélioré au transport à prix abordable pour se rendre au travail, à des rendez-vous ou même à la collectivité avoisinante. Il y a un besoin pour un accès amélioré aux services de soins de santé à domicile afin de permettre aux aînés de demeurer chez eux plus longtemps, ce qui n'est pas surprenant.

Pour régler ces problèmes, divers partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux devront mettre leurs efforts en commun à l'échelle communautaire. Le Réseau de santé Horizon s'engage à mettre en œuvre ces mesures afin de changer le visage des soins de santé, mais il ne peut le faire seul. Nous avons besoin de ces partenariats pour réaliser cet objectif.

L'âge médian provincial continue de grimper et notre population affiche le taux le plus élevé de problèmes de santé chroniques à l'échelle du pays. Nous n'avons pas le choix; nous devons agir dès maintenant pour mettre les bonnes ressources au bon endroit afin de nous adapter à ces nouveaux besoins de soins de santé.

Facebook Icon LinkedIn Icon Twitter Icon Icon Icon
Taille du texte: